(

Éducation au développement pour une terre solidaire

)
Accueil > Equipes Locales > Mons Villeneuve d’Ascq > La solidarité change le monde

La solidarité change le monde

Dans les pays du Sud, de petits paysans sont expulsés de leurs terres pour la production d’agro carburants, des pêcheurs voient leurs rivières polluées par l’extraction pétrolière, des ouvrières du textile sont ensevelies dans l’écroulement d’ateliers mal bâtis...
Autant d’exemples d’un développement irrespectueux des populations et de l’environnement sous l’égide de multinationales qui, de plus, engrangent leurs bénéfices dans des paradis fiscaux.

Nos partenaires du Sud nous demandent d’agir auprès de nos gouvernements pour qu’ils imposent, autant chez nous que là-bas, aux multinationales basées dans nos pays, des règles strictes en matière de responsabilité sociale et environnementale, de fiscalité et de transparence financière.

Des avancées significatives ont été obtenues depuis une dizaine d’années.
Guy Aurenche fait le point et ouvre des perspectives...
site régional
Plan
l'affichette

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Identifiants’inscriremot de passe oublié ?

Messages

  • Quelques notes sur cette rencontre.

    Guy Aurenche :

    Est-ce que les lignes bougent ? Mais d’abord :
    Est-ce que nous décidons vraiment de changer le monde ?
    D’abord chez nous – le « vivre ensemble »- ici, en Europe... C’est notre décision, à nous.
    La solidarité qui change le monde, en quoi ça me change moi ?
    + + + + +
    Je veux parler de solidarité... en évoquant des personnes concrètes qui y travaillent, et que j’ai rencontrées. 3 personnes :
    Il y a 2 ans. En Thaïlande, une association d’aide, par la formation, aux Katchins, migrants de Birmanie. Une jeune femme me demande « Comment en France avez-vous construit la démocratie ? … Ils savent que chez eux, c’est à eux de la construire. A eux, avec d’autres.
    Le fondateur d’ATD, le Père Joseph : « Déclarer la guerre à la misère. »
    Mgr Barreto, évêque du Pérou : « Le sang de nos enfants est plombé ! » A cause de produits, utilisés par l’industrie minière, qui polluent l’eau.
    Et vous, quelles personnes voyez-vous quand vous parlez « solidarité » ?

    + + + + +

    On mène l’action pour la solidarité, mais on ne peut faire abstraction du monde au cœur duquel on agit. Qu’est-ce qu’on voit ?

    UN MONDE QUI CHANGE. 5 éléments

    1, La mondialisation, donc l’interdépendance. Pour les réalités militaires, économiques, pour l’emploi, l’éducation...
    Cette interdépendance, comment je l’humanise ?
    Interdépendance : 3 attitude possibles :
    « Je te bouffe » ; on a des exemples de cette volonté de domination sur les plans de l’économie, de l’éducation, de la religion...
    « La liberté de chacun et que le meilleur gagne » ! Conséquence 12 millions de Français vivent en marge. L’exclusion progresse
    Le partenariat ; non pas un partenariat rêvé, mais celui qu’on construit ensemble.

    2, La toute puissance de l’Homme
    On peut maintenant modifier les cellules, on peut répandre une nouvelle dans le monde entier en moins d’une heure...
    Mais cette toute puissance, au service de qui ? De même : la finance, l’entreprise, au service de qui ?
    Il faut que ce soit au service du bien vivre.

    3, Un sentiment de finitude
    Quand j’étais jeune, je n’ai jamais pensé qu’on pourrait manquer d’eau. Mes enfants y pensent...
    L’eau, les ressources, les terres, tout cela est limité. Donc, il faut partager.
    Ce doit être une base de nos plaidoyers.

    4, Un monde déboussolé
    Changer le monde, mais dans quelle direction ? Notre plaidoyer, sur quelle(s) conviction(s) il repose ?
    Et si on avait un développement un peu plus humain, un peu plus juste ?
    Je vous invite à un partage du sens de notre action. (je pense souvent à Albert Camus et à la question du sens)

    5, La misère grandit... alors que la richesse augmente.
    On ne peut pas laisser faire, c’est le terreau de la violence.
    = nous devons être au clair de ce que nous voulons faire.

    + + + + +

    UNE DEMARCHE DE PLAIDOYER

    = avoir de l’influence sur les décideurs économiques, politiques, financiers
    → Partir de la conviction de la dignité de l’homme, des Droits de l’Homme
    La déclaration de 1948, ça vient après des millions de morts, après la Shoah, après la bombe atomique...
    C’est quoi la dignité des personnes ?
    Importance des droits économiques et sociaux (Ce n’est pas dans nos habitudes d’y penser)

    → Une base – La société civile, le partenariat
    C’est un acte de foi en la dignité humaine.
    Il y a une semaine le Pape François a lancé un appel à 150 mouvements d’action populaire : il faut s’attaquer à la misère – en la combattant . Citation des propos du pape. La solidarité, c’est un terme qu’il faut comprendre « comme une priorité de vie pour tous face à l’accaparement des biens par quelques-uns. Cela signifie lutter contre les causes de la pauvreté, de l’inégalité, contre la pénurie d’emploi, de terre et de ressources alimentaires, contre la négation des droits sociaux, du droit à la terre, à un toit et au travail. Cela signifie s’attaquer aux effets dévastateurs de la dictature de l’argent, comme les déplacements de population, l’émigration forcée, la traite des personnes, la drogue, la guerre et toutes les violences... » ¹

    LES CHEMINS DU PLAIDOYER

    Ai-je le droit, le devoir d’influencer les décideurs ?
    Ne pas en rester au « Mais moi, qu’est-ce que je peux faire ? »
    Oui, on est des milliers, des millions à bouger...
    1, Un chemin d’expertise
    Il faut une compétence pour analyser une situation (l’eau, les finances, les terres...) On ne peut pas dire n’importe quoi
    Traduire l’analyse en termes compréhensibles par tous
    Dire ce que chacun peut faire (Voir un élu ; en parler dans un collectif où l’on est, syndicat, association... ; signer une pétition...)
    2, Aboutir à une transformation sociale
    Il ne s’agit pas de condamner les multinationales mais de leur dire « Attention, nous sommes vigilants sur vos pratiques ! »
    Dans certains pays, des belligérants trouvent leurs fonds dans l’exploitation de minerais – Et celle-ci se fait dans les conditions de travail et avec les conséquences que l’on connaît – santé...

    Or ce minerai, il est utilisé pour notre portable !
    Nous demandons aux entreprises de vérifier comment le minerai a été extrait. « Est-ce que ça a tué des enfants ? ». Comment a-t-il été transporté, transformé ? Est-ce que les droits des travailleurs ont été respectés ? Est-ce que les impôts ont été payés ?
    Et il ne faut pas que ça repose sur la bonne volonté de quelques entreprises.
    = les instances internationales doivent imposer un code de bonne conduite aux multinationales.
    Que la règle s’applique à tous. (pour que la concurrence soit juste, mais aussi par souci éthique.)
    Il faut une vigilance sur l’ensemble de la chaîne, y compris les sous-traitants. En jeu, il y a la VIE.
    Même 73 évêques se sont engagés dans une déclaration « Nous nous servons chaque jour d’ordinateurs, de portables. Derrière il y a des vies de travailleurs, de jeunes... »

    Les paradis fiscaux
    « Les cathos, qu’ils s’occupent du paradis, pas de fiscalité... »
    180 milliards d’euros dorment dans les paradis fiscaux.
    Les entreprises, c’est très bien, c’est indispensable... mais dans quelles conditions on produit ? On veut la transparence.
    Les paradis fiscaux, « l’optimisation fiscale », pour le moment c’est légal, mais est-ce légitime ? Légal, mais la loi on peut la faire évoluer.
    Mais ça bouge. Oui, on peut aujourd’hui lire dans la presse ce qu’on n’aurait pas pu voir il y a 20 ans : « Le Luxembourg va-t-il signer pour la transparence... ? »
    Des états acceptent maintenant l’échange d’informations sur les transactions financières entre particuliers. C’est un pas, mais il faut évidemment l’obtenir pour les transactions entre sociétés...
    Et c’est mis à l’ordre du jour du G 20 : nous avons, avec beaucoup d’autres et au sein de collectifs, réussi cette avancée !
    On agit pour cela, mais on est rejoint... par des états – les USA en premier – qui trouvent qu’ils perdent beaucoup d’argent avec les
    paradis fiscaux... Tant mieux pour notre cause.

    Nos autres campagnes de plaidoyer ont aussi fait bouger les lignes...
    Campagne « L’Europe plume l’Afrique » contre la vente de poulet à prix « cassés » qui ruine les éleveurs africains.
    Notre insistance sur l’importance de l’agriculture familiale. Or 80% des subventions vont à l’agriculture industrielle. Mais aujourd’hui la FAO demande également comme nous l’inversion de ces taux ! C’était impossible il y a 20 ans.

    Le pape François : Luttons contre « le mal cristallisé dans des structures sociales injustes »
    Elie Wiesel : « Réveillons-nous – C’est le jour de l’Homme. »
    + + + + +

    Quelques phrases fortes suite à des questions posées :

    - Pour ceux qui sont croyants : Dans nos églises on n’a pas parlé du message du pape aux 150 mouvements d’action populaire
    (Cf ¹ ). Faisons-le connaître. Le pape a besoin de nous !
    A la prière universelle, on prie pour ceux qui souffrent, célébrons aussi ceux qui agissent (C’est valable aussi dans les associations, les communes...). Les chrétiens doivent avoir foi dans le bonheur. A côté des monuments aux morts, mettons des monuments aux vivants !

    - Mon frère, prêtre, médecin, au nord du Cameroun, voit 40 jeunes sans travail, sans avenir, humiliés, victimes de la corruption, rejoindre Boko Haram pour 80 € par mois ; après, ils vont venir tuer leurs parents : Oui, la misère est une source importance de la violence.

    - Les politiques : Ne disons pas « Ils sont tous pourris. » La plupart font sérieusement leur travail.

    - Le pétrole de Daesh (état islamique), il ne tombe pas du ciel : certains s’enrichissent en le leur vendant. Quand nous luttons pour la transparence, nous ne facilitons pas la tache des mafias...
    Equateur. Procès à Texaco : l’entreprise avait placé les déchets toxiques dans des cuves... peu étanches. (Etanche, ça existe, c’est plus cher !). On sait exploiter le pétrole sans empoisonner les gens, mais ça diminue les dividendes.
    Cultiver le blé, le mil, c’est pour la nourriture, pour le salaire des paysans, pas pour la spéculation !!
    = Quelles sont les valeurs sur lesquelles on « ajuste » nos lois ? La société civile doit être vigilante.

    - Compétition et justice ? Oui, c’est possible. Compétition, oui mais pas « Je te bouffe ». Émulation, à condition qu’elle « ne pousse pas au meurtre ! »

    - Responsabilité du consommateur : faisons un plaidoyer sur nous-mêmes quant à nos modes de consommation.
    Commerce équitable. Exigeons la traçabilité des produits fabriqués dans les colonies israéliennes des territoires palestiniens. Après chacun fait le choix...

    - 2015. Cop 21 : conférence sur le climat. Le plaidoyer est au cœur des questions de pédagogie, d’éducation.

    - Accaparement des terres : des acteurs européens sont impliqués.
    Le partage de l’eau, des terres, sera source de guerres si l’on n’y met pas de régulation. L’Europe peut jouer un rôle important. Nous pouvons insister sur la dimension éthique qui commence à avoir bonne presse...

    - Le traité TAFTA (accord commercial transatlantique). Le CCFD, en retard sur la question, étudie la possibilité de rejoindre les plates-formes qui s’interrogent - Le danger : les multinationales pourraient avoir le pouvoir par rapport aux états !
    Vigilance : la finance domine le monde... Mais la finance peut être « au service... ». C’est le CCFD qui a créé, en France, la finance éthique et solidaire.

    ¹ J’ai retrouvé cette citation sur :
    http://www.chemindamourverslepere.com/archive/2014/10/28/discours-du-pape-francois-aux-participants-de-la-rencontre-m-5478144.html
    Congrès Mouvements populaires -Vatican, 27-29 octobre 2014
    http://fr.radiovaticana.va/news/2014/10/28/%C2%AB_etre_avec_les_pauvres,_c%E2%80%99est_l%E2%80%99evangile,_pas_le_communisme_%C2%BB/1109626

    http://press.vatican.va/content/salastampa/fr/bollettino/pubblico/2014/10/28/0797/01679.html
    Mais je n’ai pas encore retrouvé la traduction intégrale du discours en français...

  • Bonjour

    audio conf CCFD Annappes 6/11/2014 Guy Aurenche : (suite à
    l’enregistrement effectué avec l’accord des organisateurs)

    Fichiers (260 Mo au total)
    CCFD_Aurenche-06112014.mp3
    Disponible jusqu’à 22 novembre 2014

    Lien de téléchargement
    site_1 ou
    site_2

    Cordialement

    ps : merci de faire passer l’info à vos contacts/adhérents

    Vous pouvez bien sûr utiliser ce fichier audio au CCFD